AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue

sur HND jeune freluquet ! :ouh:
pour éviter tout malaise, merci d'aller lire les annexes le plus rapidement possible ! :you: :ouh:

Partagez | 
 

 snow in summer (nier)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

walk in harmony

▲▼ fils reliés : 18
▲▼ implanté depuis : 27/12/2016
▲▼ avatar : min yoongi
▲▼ crédit(s) : baba yaga

▲▼ âge : 22 ans
▲▼ race : sang boue
▲▼ métier : freelance, chasseur de têtes.

▲▼ dans tes poches : des tags avec tes infos persos dessus, pour qu'on se rappelle de l'orphelin du coin s'il vient à se faire descendre. de la monnaie, deux-trois pièces qui se font la guerre dans la poche de ton manteau. et bien sûr, tes deux bébés, tes flingues.




- heroes never die -

MessageSujet: snow in summer (nier)   Mar 27 Déc - 21:58




if you're warm, then you can't relate to me

Nier
Khün

nom ▲▼ khün. tu as entendu dire quelque part, dans les couloirs de l'institut ou bien dans la bouche de la directrice elle-même qu'il provient de tes parents biologiques. c'est bien la seule chose qui te relie encore à eux. prénom ▲▼  nier. un nom dont tu n'as aucune connaissance, dont l'origine et le sens t'échappe totalement. c'est à peine si tu te rappelle qui l'avait choisi pour toi, lorsque tu étais encore à l'institut. âge ▲▼  22 ans. 22 ans de galère déjà dans un monde qui ne t'as jamais souri ni tendu la main comme à d'autres. origines ▲▼ il était sous-entendu que tu venais d'allemagne. tu n'en as jamais adopté l'accent cependant, puisque tu étais bien trop jeune lorsque tes géniteurs t'ont abandonnés à la porte du premier venu. lieu de naissance ▲▼ ça, personne n'en saura jamais rien. ni le personnel de l'institut, ni toi. encore moins toi. métier ▲▼ tu n'as pas de métier fixe, tu vague à droite à gauche pour les quelconques missions qu'on daigne t'offrir pour un gagne-pain miséreux. il y a les jobs qui ne paient pas de mine, ceux ou tu te retrouve à chercher une fichue boucle d'oreille dans une pelouse qui ressemble à la jungle amazonienne, puis il y a les plus resplendissantes, celles ou tu est chargé de ramener la tête de quelqu'un. ce sont tes préférées, pas la peine de le cacher. situation sociale ▲▼ tout dépend de tes trouvailles du jour. les pires jours s'annoncent sous la forme d'un ventre creusé qui gronde à chaque mouvement, et les meilleurs par un cure-dent coincé entre tes dents, préalablement utilisé pour nettoyer ces dernières des restes de ton dîner. situation émotionnelle ▲▼ un véritable loup solitaire, voilà ce que tu es, rien ne sert de mentir sur ce point. tu n'apprécie pas la compagnie, surtout si cette dernière appartient à la catégorie dérangeante des moulins à parole. le silence est ton dieu et tu le vénère depuis des années. orientation sexuelle ▲▼ aucune foutue idée, tu leur diras. tu ne t'es jamais posé la question, jamais penché sur le sujet. les courbes ne te font ni chaud ni froid, et les hommes, tu préfère les combattre qu'engager une session de jambes en l'air. position dans les partis ▲▼ t'as toujours été un petit turbulent, dernier de la classe. un véritable délinquant comme on faisait autrefois. les temps ont changés mais tu reste le même. tu n'as jamais rien eu envers les omniaques, si ce n'est que ces derniers ne cesse de te dépasser pour tes missions de freelance. bien sûr, un tas de plomb exécutera toujours un meilleur travail qu'un homme de chair et d'os. tu ne soutiens pas ouvertement le parti anti-omniaque, et pourtant, tu rejoins bon nombre de leurs idées. traits de caractère ▲▼ silencieux + solitaire + méfiant + agressif + menaçant + calculateur + nerveux + sauvage + sombre + vif + dangereux. avatar ▲▼ min yoongi. crédits ▲▼ baba yaga.

i'm one of a kind, and no one understands


Néo pour toi, c'est le renouveau ou le déclin ? ▲▼ néo par-ci, néo par-là. on te l'a servi à toute les sauces celle-là, autant dire qu'elle commence à te courir sur le haricot. l'égalité pour toute les races, ça t'avait bien fait rire à l'époque, surtout parce qu'il y avait des gosses assez stupides pour avoir des étoiles qui brillaient dans leurs yeux en entendant parler de ce projet. l'égalité, t'as du mal à la voir, quand tu crève de faim jour après jour pendant que ces morceaux de métal rouillé ont la belle vie. la seule chose qui te ressemble à une maison au sein de cette ville funeste, c'est bien le marché noir qu'elle abrite et qui te permet de remplir tes poches et ton ventre par la même occasion.
Plutôt guerre ou plutôt paix ? ▲▼ pessimiste de nature que tu es. la paix, ce n'est pas vraiment ta tasse de thé, parce qu'honnêtement, tu te fais plus chier qu'autre chose en temps de paix, à te tourner les pouces bêtement en attendant que miracle se fasse. du coup, oui, si l'occasion se présente, tu n'hésite pas à joindre un grabuge existant pour y ajouter ton grain de sel. rien de mieux pour se détendre après une dure journée qu'une petite bagarre de rue. après bien sûr, tu fais profil bas lorsque tu entends parler des agents d'overwatch, lorsqu'ils traînent dans les parages, parce que tu te doute qu'ils seraient capables de venir t'attraper par ton slip pour te remonter les bretelles. et l'idée est loin de t'enchanter. les enfants de cœur peuvent aller se rhabiller, tu ne veux rien avoir à faire avec eux.
Comment perçois-tu l'avenir ? ▲▼ ta vision de l'avenir, c'est un peu comme un tunnel. sauf qu'il se termine sur un cul-de-sac, ce tunnel. t'es perdu dans le noir, sans eau et sans nourriture, juste tes revolvers dans tes mains comme un dernier signe de la part de dieu, si il existe encore celui-là, de te flinguer pour abréger tes souffrances. il n'y a rien de glorieux là-dedans, même toi en plissant les yeux tu n'y trouve rien de digne. jusqu'à la fin, il faut croire que tu resteras le même merdeux qui s'est ramassé plus d'une fois dans les caniveaux pour un regard de travers.


your ego won't let you love, your fear is your downfall

Âme
cachée


i. Sur les médaillons de guerre qui pendent à ton cou, sales et abîmés par le temps et surtout par tes combats, figurent tes informations personnelles. que ce soit ton âge ou ton prénom, tout y est gravé dans le métal. ces tags, tu les avais confectionnés à l'institut, avec le groupe d'orphelins que tu fréquentais à l'époque, lorsque tu étais un poil plus sociable qu'aujourd'hui. tu te rappelle encore de leurs sourires, et de votre promesse de ne pas être oublié du monde entier, rien que grâce à ces petits rectangles froids, qui reposent désormais contre ton buste, avec tout le poids d'un passé qui t'a glissé des mains, comme du sable glisserait entre des doigts. nombre de fois, ces médaillons ont été coupés de ton cou, et nombre de fois ont-ils reçus des dommages collatéraux lors de tes nombreuses batailles. tu les as toujours récupérés, réparés avec une concentration que tu ne te savais pas posséder, pour leur permettre de retrouver leur place légitime à ton cou. ces tags sont littéralement une autre partie de toi, celle qui réside en l'enfant qui a grandi trop vite et que tu as désormais laissé derrière depuis longtemps. ii. tu ne possédais qu'un vulgaire pistolet au début de ton aventure, dont le canon était bouché par une balle qui s'était fendue sur son chemin vers la sortie et surtout vers le corps de son destinataire. la gâchette était également rouillée au point ou l'arme ne répondait qu'une fois sur deux à tes demandes, au point ou tu te retrouvas maintes fois perplexe sur le champ de bataille, à essayer de comprendre quel caprice pouvait bien encore affliger l'engin, pendant que tes adversaires choisissaient cette opportunité pour se ruer sur toi. depuis, tu t'es assuré d'enterrer la vieille bête pour la laisser reposer en paix, et surtout pour qu'elle ne se retrouve pas dans les mains d'un autre malheureux, et surtout pigeon, comme toi. tu possède désormais deux magnifiques revolvers qui sont ta fierté, tes véritables petits bébés, les seules lumières de ton monde. l'un est noir dans sa majorité, l'autre blanc dans sa majorité. à l'époque, tu avais trouvé qu'ils correspondaient terriblement bien à ta vie, ce pourquoi tu les avais choisis. aujourd'hui, tu ne regrette pas ton choix, loin de là. iii. ta plus belle cicatrice, tu l'arbore dans ton dos. cette dernière est loin de guérir et de se fondre bien gentiment dans ta peau, non, elle reste argentée et décidée à ressortir d'une manière grotesque et plutôt moche. au début, tu n'en étais pas fier, parce qu'elle te rappelait constamment que tu avais osé baisser ta garde pour quelques instants, suffisant pour qu'un lâche ne brandisse son arme dans ta direction, toi qui avais le dos tourné, et presser la gâchette. tu t'étais traîné plusieurs jours avec une balle dans l'épaule, creusant un peu plus son chemin sous la chair chaude à chacun de tes mouvements, avant d'enfin mettre ton orgueil de coté pour confier ta blessure aux mains d'un médecin amateur en voyage. la balle, tu l'as toujours sur toi, quelque part dans tes poches. tu ne l'utilise jamais, mais elle te sert en quelque sorte de porte-bonheur. une simple piqûre de rappel de ne jamais crier victoire trop tôt. iv. tu a été diagnostiqué atteint de photophobie il y a peu, et tu ne sais pas si tu dois te réjouir d'avoir trouvé une explication aux migraines qui t'atteignent couramment lorsque tu te tiens sous le soleil ou en pleine lumière vive, ou te lamenter de t'être découvert un nouveau défaut à ajouter une liste suffisamment longue comme ça. pour résumer proprement les symptômes de la phobie, tu ressens des douleurs inimaginables lorsqu'un faisceau lumineux est dirigé dans ta direction, plus qu'une personne normale n'en serait affectée. tu n'as aucune idée d'ou peut bien te venir cette phobie, et pourtant, tu te sens désormais plus proche du plancher des vaches que jamais ; en effet, les seuls insectes atteints de photophobie connus au monde sont les blattes, ces bestioles rampantes qui repoussent et finissent généralement leurs vies sous une pantoufle. c'est ta plus grande faiblesse, cette peur devenant maladive au point de te forcer à rester dissimulé dans les endroits sombres, à développer une crainte incomprise envers la lumière et ses dérivés. v. étant orphelin depuis ton plus jeune âge, tu es devenu particulièrement tendre envers les gamins des rues, ceux qui chahutent entre les stands et espèrent distraire assez longtemps pour permettre à leurs acolytes de dérober un semblant de nourriture pouvant les satisfaire pour la journée. ils te font beaucoup penser à toi, ces vilains garnements qui se battent comme ils le peuvent avec une vie misérable qu'ils n'ont jamais demandés en premier lieu. ta mémoire est claire, tes souvenirs te renvoient souvent l'image d'un même garçon aux côtes qui ressortait de manière sordide sous les vêtements fins. ton toi d'avant, celui qui n'avait ni parents ni amis, si ce n'est les autres orphelins de l'établissement. aujourd'hui, tu te surprends à être mélancolique de cette époque. aujourd'hui, tu as acquis le potentiel et la force que tu convoitais tant plus jeune, pour survivre par toi-même et enfin devenir indépendant, montrer au monde ton majeur en avançant sur tes deux pieds. et pourtant, au prix de cette puissance, tu as perdu les seuls dont tu étais devenu si familier.vi. ta technique d'attaque, tes adversaires peuvent la résumer en un seul mot : suicidaire. aucune stratégie lorsque tu te lance corps et âme dans une bataille avec uniquement tes deux armes à feu à tes cotés pour t'assurer la victoire, ou au moins une mort qui ne sera pas donné par des gens que tu renie fortement. c'est également une des raisons pour laquelle personne n'a jamais été certain de te voir t'entraîner, parce que tu ne le fais jamais. non, tu te contente de contempler tes deux revolvers, comme si la réponse allait être donnée par l'un d'eux. ce n'est jamais le cas, mais tu te plais à croire qu'elles sauront quoi t'inciter à faire lorsque tu seras sur le champ de bataille. tu deviens écrivain possédé par un stylo, seulement qu'ici, ce sont tes armes qui te possède et te font administrer carnage sur carnage à ceux qui se dressent sur ton chemin. tu t'es toujours dit que ton jour viendra, plus tôt que tard. habitué à ramasser tes dents sur le pavé tandis que tout le monde détourne le regard depuis tes 9 ans, tu sais que tu n'auras personne à manquer et personne qui te manquera si tu venais à disparaître brusquement de la surface de cette planète, annihilé de toute mémoire qui aurait enregistré l'ombre que tu es par hasard. vii. tu as toujours mené tes opérations à bien et cela tout en étant seul, et il est hors de question que cela ne change du jour au lendemain. tu refuse avec conviction que quiconque ne se mêle à ta chasse, par question de fierté et également parce que tu crains de ne te faire plumer par le premier malfrat venu. ton salaire durement mérité, t'en as besoin, tu ne peux pas juste laisser n'importe qui se l'approprier sur ton dos. ton coté mauvais-perdant s'explique par cet orgueil mal-placé que tu possède, et lorsque tu perds, tu t'empresse de réclamer un nouveau match malgré tes blessures et ton inexpérience. tu sais que c'est ce qui te portera à ta perte un de ces quatre, mais ça ne t'atteint pas vraiment puisque tu n'as aucun désir d'avoir une vie particulièrement longue en ce monde. et puis, quelque part, tu craint de ne t'attacher comme tu l'avais fais autrefois avec les orphelins de l'institut. ton cœur sonne peut-être creux désormais mais tu préfère rester sur tes gardes au cas ou. viii. t'es un parano de première. tu sais pas si ça se transmet de manière congénitale ces conneries, mais tes sens sont toujours alertes, quel que soit l'endroit, quel que soit le moment. le moindre bruit déchire le tympan de tes oreilles et fait glisser tes doigts sur la gâchette de tes revolvers, dissimulés dans leurs holsters, prêt à tirer si l'occasion se présente. plus d'une fois, t'as tiré sur de pauvres rongeurs complètement paumés qui récupérait les miettes de pain que tu dévore à l'intérieur de ta cabane miséreuse, en pensant voir une silhouette se dessiner dans l'ombre du cadre de la porte. ta tête va pas bien, t'en es conscient, mais ce n'est pas comme si elle a un jour fonctionné correctement. tu te contente de faire avec, en espérant qu'un jour, dans ton sommeil, tu ne retourne pas tes armes contre ta propre personne. et encore, même si ça devait arriver, tu te demande si tu viendrais à te manquer toi-même. t'essaie régulièrement de te faire fournir des médicaments censés t'aider sur ce point, des sortes de calmants aux origines douteuses et au contenu tout aussi douteux. mais tant qu'ils font leur effet, c'est le cadet de tes soucis.ix. tu t'es une fois retrouvé le fier propriétaire d'un chien en bien piteux état, qui semblait avoir marché des lieues et traversé des océans avant de s'écrouler près de ton lieu d'habitat. tu l'avais ignoré au début, parce que le bâtard pouvait bien trépasser, ce n'était pas le tien, tu n'avais pas à te sentir coupable ou redevable de quoi que ce soit envers lui. tu es repassé une fois, deux fois devant lui dans la journée, et ça a suffi pour te convaincre de l'emporter avec toi. tu t'y es attaché rapidement à cette bestiole au nez coulant et aux cordes vocales bruyantes, trop rapidement pour comprendre que les bonnes choses ne durent jamais et qu'elles ont toute une fin, prématurée pour certaines. le chien, comme tu l'avais appelé, disparut tout simplement durant un de tes jours de chasse. tu étais rentré pour découvrir la porte grande ouverte et la cabine vide de toute présence vivante, humaine ou animale. depuis, tu refuse d'accorder une seule once de pitié aux animaux errants et leurs semblables, chacun d'entre eux te rappelant la trahison du chien de ton passé. x. ce n'est pas étonnant venant de quelqu'un aussi foutu que toi, mais t'es insomniaque. ce n'était que la suite logique des choses, après oublier de manger, de te laver et même de sortir prendre l'air frais à l'extérieur, tu en as oublié de dormir. il t'arrive de fermer les yeux pour essayer de trouver le sommeil, sans succès ; à chaque fois, tu reste éveillé, et ça te frustre plus qu'autre chose. du coup, tu te retrouve à devenir hyperactif chaque nuit, à nettoyer tes revolvers, remettre les balles déjà présentes dans le canon, tout et n'importe quoi pour t'occuper jusqu'au lever du soleil, le messager d'une nouvelle journée de dur labeur. les cernes qui s'étalent sous tes yeux ne sont pas magnifiques, elles n'ont rien de beau, mais ce n'est pas comme si tu étais destiné à être beau en premier lieu, alors ça te va plutôt bien.


- HEROES NEVER DIE -



Dernière édition par Nier Khün le Ven 30 Déc - 13:53, édité 17 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

walk in harmony

▲▼ fils reliés : 18
▲▼ implanté depuis : 27/12/2016
▲▼ avatar : min yoongi
▲▼ crédit(s) : baba yaga

▲▼ âge : 22 ans
▲▼ race : sang boue
▲▼ métier : freelance, chasseur de têtes.

▲▼ dans tes poches : des tags avec tes infos persos dessus, pour qu'on se rappelle de l'orphelin du coin s'il vient à se faire descendre. de la monnaie, deux-trois pièces qui se font la guerre dans la poche de ton manteau. et bien sûr, tes deux bébés, tes flingues.




- heroes never die -

MessageSujet: Re: snow in summer (nier)   Mar 27 Déc - 21:59



what the eyes don't see, the heart doesn't feel

Try
again



fragment de mémoire n°1.


« et les tiens ? ou ils sont passés ? »

tu te retiens d'administrer une petite frappe à la nuque au garnement accroupi à tes cotés, préférant plutôt te concentrer sur la brindille en bois que tu tiens dans la main, et avec laquelle tu perturbe une file de fourmis.  un jeu innocent pour un enfant de ton âge, que tu opère sans aucun sentiment envers les insectes, que ce soit de la haine ou du plaisir à les déranger ainsi.

« tu crois que je le sais ? c'est un orphelinat ici, pas une salle d'attente. j'suis comme toi, je sais pas ou ils sont. »

ta réplique est relativement sèche, au point ou du coin de l’œil, tu peux voir le garçon baisser la tête et sursauter légèrement. être aussi agressif n'était surement pas la meilleure approche à adopter envers un orphelin, mais c'était une tactique naturelle que tu semblait posséder depuis ta naissance, puisque tu l'utilisais dés que tu en avais l'occasion. un mécanisme de défense qui ne faisait que dormir durant tes jeunes années avant de se réveiller.

une autre brindille rejoint la tienne, pour créer plus de turbulences parmi la colonie de fourmis à vos pieds. les insectes sombres sont désorientés mais n'hésite pas à tâter de leurs pinces vos armes fortuites, certainement prêts à en mordiller le bout pour attaquer et immobiliser l'ennemi. tu te surprenais à ressentir quelque chose comme du respect ou de l'admiration envers ces petites choses, qui n'étaient clairement pas de taille contre vous mais qui se défendaient quand même, alors qu'il te suffirait d'écraser ton pied sur elles pour terminer leurs vies. c'était une leçon que tu commençais déjà à apprendre.

« ma maman a dit qu'elle reviendrait. il faut que je l'attende. »

tes doigts se crispent imperceptiblement sur ton bout de bois, et il suffit d'une pression de trop pour que ce dernier craque. avec un soupir audible, tu jette au loin les morceaux restants, enfonçant tes mains dans tes poches en t'éloignant de ta source de jeu actuelle. le garçon fait de même, trébuchant presque sur ses jambes frêles en essayant de te rattraper. cela faisait plusieurs heures qu'il te colle, et visiblement, il n'était pas prêt de partir de sitôt. peut-être que tu n'en as plus envie, en fin de compte. tu commençais déjà à l'apprécier, cette mauviette qui ne faisait que pleurer à propos de sa mère.

c'est sans raison qu'une de tes mains sort de ta poche pour trouver l'épaule du garnement et la tapoter gauchement, du mieux que tu le peux. il semble surpris de ton initiative, ce pourquoi tu retire tout aussi rapidement ta main, toussant pour reprendre contenance et balayer ce qui vient d'arriver dans le vide.

« en attendant qu'elle revienne, tu peux rester avec moi. nous, je veux dire. on est plusieurs maintenant,on peut bien t'accueillir. »  

un sourire auquel il manque plusieurs dents, et un bras qui s'enroule autour du tien pendant que vous marchez en direction de ta bande, comme toujours rassemblée dans le coin le plus discret de la cour de l'institut. ce n'était pas grand-chose, mais c'était déjà bien. vaguement, ça sonnait comme le début de quelque chose de bien.

fragment de mémoire n°2.

ton expression reste impassible quand on te pousse les plaques dans les mains, tes doigts se fermant dessus avec incertitude. tu étais encore perplexe quand l'utilité de ces engins, et tu n'étais pas certain que les porter était une aussi bonne idée qu'ils ne le pensaient. tu regarde tes frères, comme tu les appelais désormais, enfiler les colliers, chacun fier de voir les plaques pendre à leur cou.

« qu'est-ce que qu'attends? »

la remarque vient du garçon en face de toi, qui t'observe avec des yeux plissés. tu ne savais pas que la méfiance était encore de mise au sein de votre groupe, mais visiblement, c'était encore le cas. tes yeux font l'aller-retour entre le collier dans tes mains et le garçon qui continue de te fixer sans sourciller. toute cette mascarade ressemble presque à une épreuve, et tu ne sais pas si tu es capable de la passer. pas à ton âge, pas avec un corps aussi fragile.

« est-ce que c'est vraiment nécessaire ? ce ne sont même pas nos vrais noms, dessus. »

ta tentative est faible, mais elle suffit à choquer le reste du groupe. tu peux déjà sentir les différentes émotions négatives se dégageant de chacun d'entre eux : doute, choc, surprise, colère, déception. c'était la réaction à laquelle tu t'attendais avec une telle réplique, mais c'était la seule chose à laquelle tu étais capable de penser à l'heure d'aujourd'hui. vous n'étiez que des moins que rien, après tout, vos vies tenaient à un fil et tout les autres semblaient tenir le rasoir pour le couper.

une main se referme sur la tienne, et tu n'essaie pas de dissimuler ta réticence au contact. tu n'avais jamais été friand des contacts physiques, ce n'est pas aujourd'hui que ça allait changer. lorsque tu lève la tête, le garçon qui se tenait auparavant en face de toi se tient désormais à quelques centimètres, ses yeux plongés dans les tiens comme pour te défier et te forcer à garder les yeux ouverts vers les siens. une provocation que tu relève avec joie, insistant pour garder les yeux dans les siens.

« est-ce que tu veux te faire oublier toi ? est-ce que tu veux que tout ce qu'on a fait ensemble disparaisse, du jour au lendemain ? pas moi. tant qu'on portera ces tags, on restera nous. pas juste les orphelins sans nom du coin. mais bien nous. bien toi, nier. »

l'utilisation de ton prénom fait vibrer quelque chose au plus profond de ton être. tu ne sais pas quoi, si c'est la détermination dans les yeux du garçon ou la maturité de ses propos pour son âge, qui te fait réagir, mais tu retire sa main de la tienne, pour finalement passer les plaques autour de ton cou, presque ébahi du poids qu'elles ont sur ta nuque. le poids d'une identité, le poids d'une existence. les sourires t'entourent une fois de plus, avant que tu ne joigne ton poing aux leurs, comme dans une promesse silencieuse de rester en vie, de rester vous.

fragment de mémoire n°3.

tu avais senti les flammes avant de les voir venir. il y avait comme une odeur de brûlée qui traînait dans l'air, et même en se plaisant à dire que quelqu'un faisait probablement cuire quelque chose quelque part en ville et que le vent avait transporté l'odeur, c'était peu probable. ça t'avait alerté, mais pas au point de bouger de ton poste de sentinelle, à l'extérieur de l'institut, près des murets qui menaient à l'extérieur. dans la bande, tu avais ce rôle de surveillant après tout, pour combattre les monstres imaginaires qui sortaient tout droit de votre imagination.

et puis, il y avait eu les cris. lorsque tu avais tourné la tête en direction de l'institut, voilà que le bâtiment était en feu, les flammes léchant leur chemin à l'extérieur par les fenêtres, se propageant par le biais du lierre grimpant qui avait fait des murs de pierre son domicile depuis des années. la bouche grande ouverte et les yeux écarquillés, tu ne pus qu'observer en silence le drame qui se déroulait sous tes yeux, choqué comme jamais. le désir de crier gronde sourdement dans ta poitrine et pourtant, rien ne sort de ta bouche. comme si tes cordes vocales avaient décidées de se taire de leur propre initiative, comme pour t'épargner un effort inutile.

inutile était le mot-clé. il n'y a rien que tu puisse faire dans cette situation, rien. aussi, il ne te prend que quelques minutes pour grimper du mieux que possible le muret le plus proche, égratignant tes genoux et tes coudes au passage. une fois au sommet, tu ne te retourne pas. non, la peur règne sur tes instincts et t'incite à balancer tes jambes de l'autre coté de la barrière, avant que tes pieds ne te réceptionnent sur le pavé de la ville. tu ne sais pas si c'est l'odeur du brûlé, mais un goût amer s'est installé au fond de ta gorge, se mariant à la perfection avec ta gorge soudainement sèche.

tu cours pendant tellement longtemps que tu en oublie la notion de temps. tu bouscule les passants effarés par la vision cauchemardesque de l'orphelinat en feu, surplombant la ville comme un signe de mauvais augure. tu cours parmi les marchés ouverts et qui sont encore nombreux sur la grande place, cours jusqu'à te retrouver à l'abri dans une ruelle déserte, uniquement habitée de poubelles et de déchets. c'est là que tu trouve ta place, recroquevillé entre deux poubelles, ne comprenant même pas le liquide qui sort de tes yeux et qui coule à flot sur tes joues. tes tags serrés dans tes mains à les marquer de motifs, tu pleure en portant tes mains à tes oreilles, pour arrêter les cris des enfants que tu entends encore d'ici.

fragment de mémoire n°4.

la masse informe et pleine de poils allongée à quelques pas de cela est impossible à reconnaître. elle ne ressemble plus à grand-chose de tous les angles possibles, avec du sang parsemant son pelage sable et déchiré à maintes endroits. ce n'est qu'en passant devant que tu est capable de discerner le museau d'un chien. tu fixe la bête sans rien dire pendant quelques secondes, notant que son ventre se soulevait encore, avant de passer ton chemin. tu as une dure journée de travail devant toi, tu ne vas pas t'attarder sur le premier bâtard perdu dans les environs.

tu n'es pas surpris de constater que la bête est au même endroit que ce matin-même en rentrant le soir. juste un peu concerné, même si tu n'ose pas te l'avouer. partagé, tu fais les cent pas devant et autour du canin, prenant part à une dispute mentale entre ton toi et ton toi pour décider que faire dans cette situation. et finalement, c'est ta partie encore humaine qui l'emporte, et qui te pousse à porter la bête jusqu'à ta cabane.

tu n'est pas vétérinaire, et tu n'as que les moyens du bord, mais tu pouvais au moins essayer. et comme le sommeil ne te vient jamais en un claquement de doigts, au moins, tu auras quelque chose pour t'occuper en attendant la journée de demain. une nuit de surveillance chargée plus tard, et le chien est debout sur ses quatre pattes. tu ne sais pas si tu te sens soulagé de le voir ainsi, parce que la bête a une voix qui porte, et tu n'est pas sur de supporter un tel bruit, toi l'adorateur du silence absolu. cependant, tu semble faire une exception pour le chien, que tu décide d’appeler simplement "le chien".

le chien disparaît dans la semaine. lorsque tu retourne à la cabine, la porte est ouverte, les bandages qui tenaient autrefois la patte de la bête abandonné par terre, seul vestige de son passage au sein de ta cabine. tu les jette immédiatement, peut-être avec un peu plus de fureur que la normale. tu aurais dû t'en douter, toi qui avais déçu et avais été déçu à répétition. tu t'étais habitué à la présence de l'animal, et tu avais même songé à lui confectionner des tags comme les tiens, lui qui ne pouvait pas te dire d'ou il venait ni quel était son nom. il était comme toi, et il était quand même parti. était-ce là des représailles pour t'être enfui lors de l'incendie ? aucune idée.

fragment de mémoire n°5.

« un déserteur. ça devrait être facile pour quelqu'un comme toi. tu ne déçois jamais dans tes chasses à l'homme, après tout. ramène-le mort ou vivant, je m'en fiche. il sera exécuté, que ce soit par toi ou nous, de toute façon. »

les mains croisés, tu ne regarde même pas ton interlocuteur. non, tes yeux sont rivés sur la feuille glissée dans ta direction au préalable sur la table, coincée sous le verre de liqueur de l'homme. l'homme sur la photo n'a pas l'air d'un mauvais gaillard, mais ce n'est pas ton souci. un ordre reste un ordre, et tu venais d'être ordonné d'abréger les souffrances de cet homme. tes doigts pressent inconsciemment le cuir de tes holsters, ou reposent sagement tes revolvers.

« et la paye? »

ton interlocuteur éclate d'un rire gras et bruyant en entendant ces mots, frappant sa jambe au passage. tu reste de marbre, supportant tant bien que mal le comportement de l'homme. c'était un client, et tu n'étais pas du genre à dénier un client. même si ce dernier était un véritable malotru qui devait faire plus de mal que de bien dans sa vie. il représentait ton salaire de la journée tout de même, ce n'était pas une opportunité à refuser.

le rire dont était atteint l'homme se calme enfin, laissant ce dernier caresser d'un air songeur sa barbe en t'observant. tu soutiens son regard, habitude prise depuis ton plus jeune âge. il semble apprécier ton attitude, puisqu'il fouille sa poche pour en sortir une bourse qui semble suffisamment remplie pour t'assurer de manger à ta faim ce soir, et rien que l'idée fait trembler tes doigts, désireux de s'emparer de la bourse comme un voleur et de prendre la poudre d'escampette. l'homme semble être conscient de ton avidité, puisqu'il range soigneusement la bourse dans sa poche.

« va donc me cueillir ce vaurien, chasseur. »

en un clin d’œil, tu est déjà à l'extérieur du bar. ton regard est dur comme le fer, empli de détermination. qui que cet homme soit et quoi qu'il ait fait, il était désormais un homme mort. quiconque se retrouvait sur ta liste noire pouvait compter ses jours.
 


better call your boys, 'cause i'm coming

Bang
bang


ici saint pepsi, c'est la première fois que je tente un forum avec autant d'occis me mangez pas s'il vous plait  :blbl: En cas de disparition, acceptes-tu que nous utilisions ton personnage pour une intrigue/event ? ▲▼ oui.


- HEROES NEVER DIE -



Dernière édition par Nier Khün le Sam 31 Déc - 20:10, édité 17 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

walk in harmony

▲▼ fils reliés : 162
▲▼ implanté depuis : 25/12/2016
▲▼ pseudo : erebor, loïse
▲▼ avatar : the kpop dude (tae)
▲▼ crédit(s) : nerd.com (avatar)

▲▼ âge : vingt-deux ans
▲▼ race : misérablement humain
▲▼ position dans les partis : neutre, déçu par la politique
▲▼ métier : star montante du gaming

▲▼ signe(s) distinctif(s) : la bouche en cœur et le regard blasé
▲▼ dans tes poches : un peu d'argent, un baume à lèvres, des broutilles toutes aussi inutiles que lui




- heroes never die -

MessageSujet: Re: snow in summer (nier)   Mar 27 Déc - 22:09

okay
une fiche vide
tu es pardonné parce que DAEGU BOI.
:lele: :lele: :lele: :lele:
yoongi, je l'aime d'amour, c'est mon bias ultime, je me meurs :kyu: :kyu: :kyu: :kyu: trop hâte de voir ce que tu vas faire de lui :fire:
bienvenue ici et bon courage pour ta fiche bg :cc: réserve moi une place dans tes liens (ton lit) :perv:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

glitch in the system

▲▼ fils reliés : 192
▲▼ implanté depuis : 10/11/2016
▲▼ pseudo : rue des étoiles (emeline).
▲▼ avatar : catherine mcneil.
▲▼ crédit(s) : isadora l'exploratrice (ae)

▲▼ âge : vingt-sept, le club des maudits, elle attend la fin du mois pour se tirer une balle.
▲▼ race : de chaire et d'os.
▲▼ position dans les partis : pro-omniaque silencieuse,
▲▼ métier : matrone du red lips,

▲▼ signe(s) distinctif(s) : rouge pute aux lèvres.
▲▼ dans tes poches : un beretta rouillé avec un b en initiale toute rayée, ca.




- heroes never die -

MessageSujet: Re: snow in summer (nier)   Mar 27 Déc - 22:11

encore une fiche vide. :fire: bienvenue dans le coin bonhomme, par contre il va falloir changer ton pseudo, nier gestalt étant le nom d'un jeu déjà existant, rien n'empêche de faire une référence à une licence qu'on aime mais on ne reprend pas le nom comme ça en faisant un copier coller. :baye:
bon courage pour ta rédaction et si tu as des questions, n'hésite pas. :kiss:

_________________
▲▼  BREATH OF LIFE



You trick your lovers That you're wicked and divine You may be a sinner But your innocence is mine

~ red


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

walk in harmony

▲▼ fils reliés : 18
▲▼ implanté depuis : 27/12/2016
▲▼ avatar : min yoongi
▲▼ crédit(s) : baba yaga

▲▼ âge : 22 ans
▲▼ race : sang boue
▲▼ métier : freelance, chasseur de têtes.

▲▼ dans tes poches : des tags avec tes infos persos dessus, pour qu'on se rappelle de l'orphelin du coin s'il vient à se faire descendre. de la monnaie, deux-trois pièces qui se font la guerre dans la poche de ton manteau. et bien sûr, tes deux bébés, tes flingues.




- heroes never die -

MessageSujet: Re: snow in summer (nier)   Mar 27 Déc - 22:27

ye-sung + merci petit bout, taemin c'est mon fave aussi :bril: :bril: :bril: je te réserve tout ce que tu veux bad boy tkt pas :ouh:

kata + pas de soucis je vais simplement changer le nom de famille dans ce cas. merci pour la bienvenue ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

walk in harmony

▲▼ fils reliés : 84
▲▼ implanté depuis : 25/12/2016
▲▼ avatar : Goo Hara
▲▼ crédit(s) : alanlamascotte ♥ (vava) alas (signa) TUMBLR (gif)

▲▼ âge : sept ans
▲▼ nom de code : delusion
▲▼ rang au sein d'OW : soutien
▲▼ race : omniaque
▲▼ métier : conceptrice d'écran, projecteur holo et caméras diverses

▲▼ dans tes poches : son canon projecteur, mesmer. Un tournevis multi-fonction




- heroes never die -

MessageSujet: Re: snow in summer (nier)   Mar 27 Déc - 22:46

LES FICHES VIDES C'EST HONTEUX !!!! :fire:

On est demande tous plus :gn: Bref, bienvenue parmi nous & bon courage pour ta fichette :russe: On veut en lire plus, on veut en lire plus :uou:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

walk in harmony

▲▼ fils reliés : 18
▲▼ implanté depuis : 27/12/2016
▲▼ avatar : min yoongi
▲▼ crédit(s) : baba yaga

▲▼ âge : 22 ans
▲▼ race : sang boue
▲▼ métier : freelance, chasseur de têtes.

▲▼ dans tes poches : des tags avec tes infos persos dessus, pour qu'on se rappelle de l'orphelin du coin s'il vient à se faire descendre. de la monnaie, deux-trois pièces qui se font la guerre dans la poche de ton manteau. et bien sûr, tes deux bébés, tes flingues.




- heroes never die -

MessageSujet: Re: snow in summer (nier)   Mer 28 Déc - 18:31

chai + JE SUIS EN TRAIN DE REMPLIR MADAME REGARDE :heu:

vous me mettez trop la pression en fait, arrêtez de dire que vous voulez en lire plus, voir plus :russe: ça fait plaisir quand même, merci :kiss:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

walk in harmony

▲▼ fils reliés : 9
▲▼ implanté depuis : 27/12/2016
▲▼ avatar : lee jieun (iu)
▲▼ crédit(s) : soha

▲▼ âge : cinq ans
▲▼ race : omniaque
▲▼ position dans les partis : promnium
▲▼ métier : héritière du trône de IM&Co

▲▼ dans tes poches : .




- heroes never die -

MessageSujet: Re: snow in summer (nier)   Mer 28 Déc - 23:17



(sorry not sorry)
(:you:)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

glitch in the system

▲▼ fils reliés : 192
▲▼ implanté depuis : 10/11/2016
▲▼ pseudo : rue des étoiles (emeline).
▲▼ avatar : catherine mcneil.
▲▼ crédit(s) : isadora l'exploratrice (ae)

▲▼ âge : vingt-sept, le club des maudits, elle attend la fin du mois pour se tirer une balle.
▲▼ race : de chaire et d'os.
▲▼ position dans les partis : pro-omniaque silencieuse,
▲▼ métier : matrone du red lips,

▲▼ signe(s) distinctif(s) : rouge pute aux lèvres.
▲▼ dans tes poches : un beretta rouillé avec un b en initiale toute rayée, ca.




- heroes never die -

MessageSujet: Re: snow in summer (nier)   Mer 28 Déc - 23:22

omg non
nora non, pourquoi, pourquoi.
KHUNE. PLUTOT DEUX FOIS KHUNE.
j'approuve tellement. :blbl:
bwah un peu après la guerre mais merci d'avoir changé, ce début de fiche me plait. ça se remplit bien dit donc
comme ce pot de cornichons (nichons) :neuh:

_________________
▲▼  BREATH OF LIFE



You trick your lovers That you're wicked and divine You may be a sinner But your innocence is mine

~ red


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

walk in harmony

▲▼ fils reliés : 18
▲▼ implanté depuis : 27/12/2016
▲▼ avatar : min yoongi
▲▼ crédit(s) : baba yaga

▲▼ âge : 22 ans
▲▼ race : sang boue
▲▼ métier : freelance, chasseur de têtes.

▲▼ dans tes poches : des tags avec tes infos persos dessus, pour qu'on se rappelle de l'orphelin du coin s'il vient à se faire descendre. de la monnaie, deux-trois pièces qui se font la guerre dans la poche de ton manteau. et bien sûr, tes deux bébés, tes flingues.




- heroes never die -

MessageSujet: Re: snow in summer (nier)   Mer 28 Déc - 23:53

nora + JE TE DIS MEME PAS COMMENT TU M'AS TUE JE M'EN RELEVERAIS PAS DE CELLE-LA :blbl: :blbl: :blbl:

kata + merci, j'espère que ça vous convient tous :kyu:
et omg arrêtez vous m'avez tuer ma crédibilité là
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

walk in harmony

▲▼ fils reliés : 31
▲▼ implanté depuis : 27/12/2016
▲▼ avatar : matt smith.
▲▼ crédit(s) : la p'tite mouette.

▲▼ âge : deux semaines.
▲▼ nom de code : pamelatta.
▲▼ rang au sein d'OW : aucun.
▲▼ race : omniaque.
▲▼ métier : mannequin.

▲▼ dans tes poches : un bijou d'une grande valeur, volé.

ryūjin


- heroes never die -

MessageSujet: Re: snow in summer (nier)   Jeu 29 Déc - 9:39

CORNICHONS. :bril:
bienvenue parmi nous petit chou,
bonne chance pour l'écriture de
ta fiche ! <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

walk in harmony

▲▼ fils reliés : 54
▲▼ implanté depuis : 25/12/2016
▲▼ pseudo : Solosand ou aude, ou audor, jsuis pas difficiiiile
▲▼ avatar : Jake Gyllenhal.
▲▼ crédit(s) : Tik Tok

▲▼ âge : 31 ans.
▲▼ race : Humain.
▲▼ position dans les partis : bat les couilles.
▲▼ métier : Trésorier de la compagnie Procyon.

▲▼ signe(s) distinctif(s) : Un tatouage en forme triangle sur le poignet, un autre en tête de mort géométrique dans le dos. Toujours une bague avec une pierre de marbre vert au doigt. Et une gueule de chien battu aussi.
▲▼ dans tes poches : Des boutons de manchette en porphyre (ça lui porte chance), un pistolet (petit, 6 balles à tout casser), un casse-tête en fer (vous savez, les deux petits bouts à détacher l'un de l'autre), et une montre. pas au poignet, ça l'encombre.




- heroes never die -

MessageSujet: Re: snow in summer (nier)   Jeu 29 Déc - 11:30

Chasseur de tête en freelance MDR genre tu lances ta compagnie et tout :mdr: BREF j'ai ri, en tout cas, BIENVENUE :hysteric:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

glitch in the system

▲▼ fils reliés : 385
▲▼ implanté depuis : 31/07/2016
▲▼ pseudo : ex machina, laura.
▲▼ avatar : cole sprouse.
▲▼ crédit(s) : kaka le plus beau des kakas.

▲▼ âge : 22 balais à tirer, avec antécédent d'adolescence foirée.
▲▼ nom de code : lag, ça rame, ça bug, ça déconne et ça foire. ça lag quoi.
▲▼ rang au sein d'OW : soutien.
▲▼ race : humain à en crever, malgré la touche fake qui fait douter une seule seconde.
▲▼ position dans les partis : s'en tape comme de la dernière pluie.
▲▼ métier : hacker à temps plein, bidouille, tripatouille et jazzman au bow-tie.

▲▼ signe(s) distinctif(s) : oeil droit robotique, un nano-oeil presque crédible.
▲▼ dans tes poches : des fruits secs, de la poussière, une bague rouilée et des vieux tickets périmés illisibles. on oublie pas bien sûr, le propulseur dans la ceinture, au cas où.




- heroes never die -

MessageSujet: Re: snow in summer (nier)   Jeu 29 Déc - 11:31

J'M TROP LE NAME. :gn: bienvenue petit cute tout blond décoloré, bonne chance pour ta fiche wsh. :you:

_________________
lag ▲▼ you can break me, burn me, bury me alive; but as long as i'm still breathing it will never be over. i will hunt you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

walk in harmony

▲▼ fils reliés : 18
▲▼ implanté depuis : 27/12/2016
▲▼ avatar : min yoongi
▲▼ crédit(s) : baba yaga

▲▼ âge : 22 ans
▲▼ race : sang boue
▲▼ métier : freelance, chasseur de têtes.

▲▼ dans tes poches : des tags avec tes infos persos dessus, pour qu'on se rappelle de l'orphelin du coin s'il vient à se faire descendre. de la monnaie, deux-trois pièces qui se font la guerre dans la poche de ton manteau. et bien sûr, tes deux bébés, tes flingues.




- heroes never die -

MessageSujet: Re: snow in summer (nier)   Jeu 29 Déc - 20:06

fleur + merci beaucoup, je suis très fan de ton prénom, avec matt c'est 2x fois plus cute :bril:

roman + tu sais que tu me donne des idées toi en vrai :russe: merci en tout cas, ravi de t'avoir fait rire mdrrrr

alan + coming from the mighty cole oh là là :fire: merci c'est gentil comme tout :ouh:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

walk in harmony

▲▼ fils reliés : 54
▲▼ implanté depuis : 27/12/2016
▲▼ avatar : lee ji eun (iu).
▲▼ crédit(s) : moi-même, myrtille.

▲▼ âge : vingt-trois ans à souffrir de tes imperfections.
▲▼ race : humaine, la peau te colle aux os alors que ta vie s'échappe un souffle à la fois.
▲▼ métier : escroc, arnaqueuse, ombre hantant les rues de neo.

▲▼ dans tes poches : divers couteaux, quelques eons volés, une fausse carte d'identité.




- heroes never die -

MessageSujet: Re: snow in summer (nier)   Jeu 29 Déc - 20:26

min yummmmgiiii :aw: :aw:
bienvenue boté des îles et bon courage pour la rédaction petit cornichon :hihi:
ps. le gif dans ton profil me donne des vibes de berserker et van hellsing, tu me dis d'où il vient? ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

walk in harmony

▲▼ fils reliés : 18
▲▼ implanté depuis : 27/12/2016
▲▼ avatar : min yoongi
▲▼ crédit(s) : baba yaga

▲▼ âge : 22 ans
▲▼ race : sang boue
▲▼ métier : freelance, chasseur de têtes.

▲▼ dans tes poches : des tags avec tes infos persos dessus, pour qu'on se rappelle de l'orphelin du coin s'il vient à se faire descendre. de la monnaie, deux-trois pièces qui se font la guerre dans la poche de ton manteau. et bien sûr, tes deux bébés, tes flingues.




- heroes never die -

MessageSujet: Re: snow in summer (nier)   Ven 30 Déc - 13:16

coucou petit fruit des bois et merci :hihi:
bien sûr que je peux te dire, ça vient de l'animé de devil may cry, et le dude sur le gif c'est dante. check les jeux vidéos aussi ils sont badass af :blbl: :blbl: :blbl:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

walk in harmony

▲▼ fils reliés : 54
▲▼ implanté depuis : 27/12/2016
▲▼ avatar : lee ji eun (iu).
▲▼ crédit(s) : moi-même, myrtille.

▲▼ âge : vingt-trois ans à souffrir de tes imperfections.
▲▼ race : humaine, la peau te colle aux os alors que ta vie s'échappe un souffle à la fois.
▲▼ métier : escroc, arnaqueuse, ombre hantant les rues de neo.

▲▼ dans tes poches : divers couteaux, quelques eons volés, une fausse carte d'identité.




- heroes never die -

MessageSujet: Re: snow in summer (nier)   Ven 30 Déc - 15:04

aah oui, je connais les jeux :pedro:
aussi : ptn mais c'est le saint pepsii :mdr:
jme disais aussi que ça me disait quelque chose cette plume :pedro:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

walk in harmony

▲▼ fils reliés : 18
▲▼ implanté depuis : 27/12/2016
▲▼ avatar : min yoongi
▲▼ crédit(s) : baba yaga

▲▼ âge : 22 ans
▲▼ race : sang boue
▲▼ métier : freelance, chasseur de têtes.

▲▼ dans tes poches : des tags avec tes infos persos dessus, pour qu'on se rappelle de l'orphelin du coin s'il vient à se faire descendre. de la monnaie, deux-trois pièces qui se font la guerre dans la poche de ton manteau. et bien sûr, tes deux bébés, tes flingues.




- heroes never die -

MessageSujet: Re: snow in summer (nier)   Sam 31 Déc - 13:03

deux fois plus de raison de t'aimer moi je te dis :ouh:
shook tu m'avais pas reconnu je te renie ou je te renie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

glitch in the system

▲▼ fils reliés : 192
▲▼ implanté depuis : 10/11/2016
▲▼ pseudo : rue des étoiles (emeline).
▲▼ avatar : catherine mcneil.
▲▼ crédit(s) : isadora l'exploratrice (ae)

▲▼ âge : vingt-sept, le club des maudits, elle attend la fin du mois pour se tirer une balle.
▲▼ race : de chaire et d'os.
▲▼ position dans les partis : pro-omniaque silencieuse,
▲▼ métier : matrone du red lips,

▲▼ signe(s) distinctif(s) : rouge pute aux lèvres.
▲▼ dans tes poches : un beretta rouillé avec un b en initiale toute rayée, ca.




- heroes never die -

MessageSujet: Re: snow in summer (nier)   Dim 1 Jan - 19:16



il est des nôtres

move
bitch

CORNICHON.
nier est adorable. malgré toute la noirceur et la violence qui se dégage de lui, il reste humain, presque vulnérable et touchant. le fait qu'il frise la paranoïa et souffre d'insomnie est très intéressant, ça lui donne une profondeur que j'avais jamais rencontré sur ce genre de personnage avant. j'aime beaucoup l'absence de description de meurtre, on se concentre vraiment sur ses origines et sa personnalité, ce qu'il est moins ce qu'il fait et on en oublie qu'il a les mains pleines de sang. le passage avec le chien a eu raison de mon coeur, le pauvre, il mérite bien mieux que cette solitude. j'ai hâte de le voir en rp, j'ai hâte de voir tout ce qu'il peut donner. :you:


Bravo à toi l'affreux ! Cette fiche annonce ta libération, après la galère de la fiche tu vas devoir faire tout ce qui est administratif. Une fois ceci fait, tu pourras enfin te balader dans les rues de Néo.  :ouh: Pour ce qui est de l'avatar, t'as pas trop à t'inquiéter ! Si t'as bien fait ton boulot ça a déjà été recensé, si c'est pas le cas hésite pas à MP un admin. Du reste on va te demander de passer par ce coin avant toute chose. Pour tout ce qui est maisons, partis, noms de codes, d'omniaques, etc. Bref ce qui est relou mais une fois que c'est fait t'es bien ! Ensuite c'est assez free, tu peux parfaitement aller te faire des liens comme aller te créer un un scénario, tout dépendra de ton envie du moment.

Bien évidemment, une fois que tu seras en paix avec toi-même, tu pourras écrire avec nous. Et on espère que tu t'éclateras bien en notre compagnie, on t'fait des bisous sur les fesses - parce que grouh.  :copul:  :ouh:  :lele:

:baye:  :baye:  :koeur:

- heroes never die -


_________________
▲▼  BREATH OF LIFE



You trick your lovers That you're wicked and divine You may be a sinner But your innocence is mine

~ red


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé



- heroes never die -

MessageSujet: Re: snow in summer (nier)   

Revenir en haut Aller en bas
 

snow in summer (nier)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Une petite idee de qui est Larry Summer/Mondialisation.ca
» Summer Davis - Devil behind blue eyes
» DSC : De Summer à Constantinople.
» Dessin de Snow'
» Présentation de Dark'Snow Day
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
▲▼ HEROES NEVER DIE :: 
de chair ou de métal
 :: Puces implantées :: Aux portes blindées
-